Préavis du Ministre Heurtel sur le projet domiciliaire La Futaie – Forêt des Hirondelles

Saint-Bruno-de-Montarville, 7 octobre 2014

La Fondation du Mont-Saint-Bruno se réjouit de ce premier geste important

La présidente de la Fondation du Mont-Saint-Bruno, Madame Tanya Handa, se réjouit de l’intention du Ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Monsieur David Heurtel, d’invoquer la Loi sur la conservation du patrimoine naturel dans le dossier de la Forêt des Hirondelles. Dans un préavis ministériel qu’il a fait parvenir à la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville et au promoteur M. Paul J. Massicotte, le ministre les informe de son intention d’assujettir le projet de développement domiciliaire « La Futaie » à l’article 19 de la loi qui lui permet d’empêcher toute intervention s’il a des «motifs sérieux de croire que cette intervention peut sévèrement dégrader un milieu naturel qui se distingue par la rareté ou par l’intérêt exceptionnel que présente l’une de ses caractéristiques biophysiques».

«Ce geste, a déclaré Madame Handa, démontre que le ministre reconnait hors de tout doute le caractère exceptionnel de l’écosystème du Boisé des Hirondelles. Dans une lettre adressée au Ministre Heurtel, la spécialiste en écologie forestière exprime le souhait que les décisions qui suivront dans ce dossier, ainsi que dans le futur concernant l’aménagement du territoire dans des écosystèmes semblables, soient cohérentes avec une conservation pérenne de ces milieux. La présidente rappelle que la Fondation du Mont-Saint-Bruno avait adressé en janvier 2014 une lettre à son prédécesseur, l’ex-Ministre M. Yves-François Blanchet, dans laquelle la Fondation lançait  un cri d’alarme et le priait d’appliquer intégralement la Loi sur les espèces menacées et vulnérables sur le mont Saint-Bruno et son bassin versant. En reconnaissant la rareté et l’intérêt exceptionnel du patrimoine naturel du Boisé des Hirondelles qui abrite une plante désignée menacée par la loi, le ministère, croit Mme Handa, pourrait non seulement protéger ce noyau de biodiversité qui est au cœur du corridor forestier du mont Saint-Bruno et essentiel à l’atteinte des objectifs du Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD), mais créerait un précédent important pour la sauvegarde de la diversité biologique au Québec, voire dans l’ensemble du Canada. La Fondation  rappelle que c’est dans la portion méridionale du Québec que l’on retrouve la plus grande diversité biologique de la province mais aussi les plus grandes concentrations de population humaine et la plus grande proportion de terres privées, d’où l’importance d’appliquer la loi dans les zones les plus à risque du Québec. Rappelons que la mission de la Fondation du Mont-Saint-Bruno vise la protection du patrimoine écologique du mont Saint-Bruno et de son bassin versant, une maille essentielle du PMAD située au cœur du corridor forestier du mont Saint-Bruno.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s