Forêt des Hirondelles: Déclaration du 15 mai 2016

Saint-Bruno-de-Montarville

La forêt des Hirondelles est une forêt mature de six hectares contiguë au Parc national du Mont- Saint-Bruno, l’un des derniers grands refuges de biodiversité de la Montérégie et élément essentiel de la Ceinture Verte du Grand Montréal. De par ses caractéristiques biophysiques rares et la présence d’espèces menacées, elle a été reconnue d’intérêt exceptionnel pour des fins de protection dans un avis signé en 2015 de la main même du ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

L’ensemble du Corridor forestier du Mont-Saint-Bruno dont elle fait partie subit les pressions croissantes de l’urbanisation sur le territoire déjà très fragmenté de la Montérégie. L’étalement urbain n’a cessé de croitre dans la grande région de Montréal et le Québec est en voie de rater ses cibles de protection de sa biodiversité. Depuis 30 ans, les citoyens apprécient sa grande valeur écologique et sa beauté et expriment clairement leur volonté de conserver ce patrimoine naturel. La saga de la forêt des Hirondelles est devenue un dossier emblématique pour la conservation au Québec. La science, le droit et l’absence d’acceptabilité sociale se rejoignent pour appuyer la volonté démocratique des citoyens de protéger ce milieu naturel. Dans ce contexte, autoriser sa destruction pour un projet de développement domiciliaire serait une décision indéfendable.

Nous, soussignés,

• demandons la conservation intégrale de la forêt des Hirondelles;

• demandons au ministre d’utiliser les interdictions en vigueur de la Loi sur les espèces menacées et vulnérables du Québec;

• invitons le ministre à venir à Saint-Bruno-de-Montarville rencontrer le maire Martin Murray afin de travailler avec toutes les parties prenantes à l’examen de diverses solutions permettant d’assurer la conservation de la forêt, notamment par la mise en place d’un statut en vertu de la Loi sur la conservation du patrimoine naturel;

• exigeons plus de cohérence et de vision de nos décideurs dans la conservation de la biodiversité dans le sud du Québec où l’on retrouve à la fois les plus grandes concentrations de population humaine, la plus grande proportion de terres privées et la plus grande diversité biologique.

Alain Branchaud, Société pour la nature et les parcs du Canada – SNAP Québec

Floris Ensink, Sierra Club Québec

David Fletcher, Green Coalition Verte

Tanya Handa & Bryan Osborne, Fondation du Mont-Saint-Bruno

Karel Mayrand, Fondation David Suzuki

Tommy Montpetit, Ciel et Terre

Martin Murray, maire de Saint-Bruno-de-Montarville

Sylvain Perron, Mouvement Ceinture Verte

Christian Simard, Nature Québec

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s