La Fondation du Mont-Saint-Bruno et le projet de l’îlot Natrel : la place des infrastructures naturelles dans l’aménagement urbain

La Fondation du Mont-Saint-Bruno, représentée par une de ses membres, Monique Rondeau, a fait connaître sa position sur le projet de l’îlot Natrel lors de la consultation tenue par le Centre d’écologie urbaine de Montréal à Saint-Bruno-de-Montarville le 1er mars 2018. Voici le texte livré par Mme Rondeau.

Ilot_Natrel_02Contexte

Le Centre d’écologie urbaine de Montréal a été mandaté par la Ville de Saint-Bruno pour animer et coordonner le travail d’un Comité, dont le principal mandat est de  développer une vision et des balises d’aménagement à l’échelle de l’îlot Natrel tout en tenant compte des orientations du Plan particulier d’urbanisme du centre-ville, qui vient tout juste d’être adopté, et en considérant les enjeux d’acceptabilité sociale liées au redéveloppement du secteur central de la ville. Bien qu’un projet de résidence pour aînés soit prévu sur l’îlot Natrel, le Comité souhaite développer une vision globale et plus large de l’aménagement, et ce pour l’ensemble des terrains composant l’îlot dont le périmètre est illustré plus loin dans ce document. Le comité de travail est composé de citoyens, d’élus et d’acteurs du milieu qui ont été invités sur la base de leur rôle dans le développement de l’îlot ou de leur participation aux comités consultatifs de la municipalité. Le comité souhaite recueillir les commentaires de certains acteurs clés tel que la Fondation du Mont-Saint-Bruno afin de mesurer leur adhésion et apporter des ajustements si nécessaire.

Notre mission

La Fondation du Mont-Saint-Bruno est un organisme à but non lucratif créé en 1995 dont la mission est de « Conserver les milieux naturels du mont Saint-Bruno et de son pourtour par la mobilisation et la sensibilisation ». Cette mission s’inscrit dans les orientations du Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) de la Communauté métropolitaine de Montréal, soit 1) protéger notre capital naturel, 2) y redonner accès et 3) faire de ce patrimoine un symbole de l’identité métropolitaine avec la création de la Trame Verte et Bleue du Grand Montréal.

Notre position

Dans tout projet d’aménagement, on devrait idéalement planifier les infrastructures naturelles avant ou en même temps que la planification des infrastructures grises afin que les objectifs soient atteints. Il faut à tout prix éviter que l’objectif unique des infrastructures naturelles planifiées se résume à un simple effort d’embellissement pour verdir un projet d’infrastructure grise.

Les objectifs généraux de la planification d’infrastructure naturelle doivent comprendre des moyens pour

  • augmenter le potentiel de connectivité de la Trame verte et bleue à l’échelle du territoire par la planification d’infrastructures naturelles;
  • augmenter le potentiel de biodiversité dans l’aménagement, en considérant ce qu’on trouve déjà sur le territoire (diversifier non seulement le nombre d’espèces, mais aussi les types fonctionnels des espèces, ne pas penser seulement à l’îlot, mais au territoire avoisinant);
  • considérer la provision de services écologiques associés aux infrastructures naturelles planifiées et faire des choix pour répondre aux enjeux prioritaires du territoire (par exemple, réduire les eaux de ruissellement en augmentant les superficies des surfaces perméables, réduire les îlots de chaleur, augmenter la provision d’habitat pour la faune indigène telle que les pollinisateurs, les oiseaux, etc.).

Trame verte

  • Considérer les enjeux de la forêt urbaine dans le quartier. Quelles essences pouvons-nous planter afin de diversifier notre canopée urbaine et assurer la résilience face à des perturbations futures?
  • Considérer l’utilisation d’arbustes, herbacées, vignes pour augmenter la diversité verticale.
  • Consultez la Politique de l’arbre (février 2017) de la Ville de Saint-Bruno.
  • Consultez le Guide stratégique pour l’augmentation de la canopée et de la résilience de la forêt urbaine de la région du Grand Montréal (octobre 2016) du Jour de la Terre Québec.

Trame bleue

  • Considérer la préservation de la petite source d’eau située sous l’usine; elle alimente nos ruisseaux urbains
  • Réduire l’eau de ruissellement (par exemple, récupérer les eaux de toiture, utiliser des surfaces perméabilisés).

 

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s